Danse au Rythme de la Lyre Enchantée

Name

Email *

Message *

Sixième Leçon: Le gérondif et le participe présent





Joliève


Puisque le soleil
Au lointain se lève
Et partout réveille
La divine Joliève,
Vole assez gracieux,
Papillon virtuose,
En rêvant joyeux
Qu'ainsi s'appelle la Rose! 


Le Gérondif

·         Dans la strophe précédente, on peut voir que le Papillon virtuose vole assez gracieux et en même temps il rêve que la Rose s'appelle aussi aussi « Joliève ». Donc, étant donné que le Papillon fait deux actions parallèles, l'une de ces actions peut être exprimée au moyen du gérondif.  D'autre part, le gérondif est le verbe dans une phrase donnée dite proposition adverbiale. De là qu'on puisse l'identifier par le mot interrogatif« Comment? »:
Comment est-ce que le Papillon vole assez gracieux? Il vole assez gracieux en rêvant joyeux que la fleur (Rose) s'appelle déjà « Joliève ».

·         Le Gérondif est un mode impersonnel du verbe, formé à partir du participe présent toujours précédé de la préposition en, trait qui le distingue du participe présent qui n'est jamais suivi de cette préposition (en)."C'est en parlant, qu'on parle mieux. (Infinitif: parler; participe présent: parlant; gérondif: en parlant).

·         Le gérondif représente toujours une action qui accompagne le verbe principal, fonctionnant comme un complément circonstanciel ou une proposition subordonnée circonstancielle. Dans la phrase, il se rapporte au sujet dont il dépend. Il  exprime une action dont l'agent est toujours identique à celui du verbe de la phrase. Il a toujours la fonction de complément circonstanciel du verbe auquel il se rapporte en exprimant le temps, la cause, la condition, la concession ou l'opposition, la manière ou le moyen.

Exemples : 

"Paul a perdu ses lunettes en abordant l'autobus" (gérondif)
" Paul a perdu ses lunettes lors de l'abordage de l'autobus" (complément circonstanciel de temps)
" Paul a perdu ses lunettes lorsque qu'il abordait l'autobus" (proposition subordonnée circonstancielle de temps). C'est-à-dire que c'est Paul qui perd ses lunettes et qui aborde l'autobus.

·         Il faut dire que le gérondif est invariable, sauf à la forme pronominale, alors qu'il varie en personne. "En me baignant, je suis tombé(e); en te baignant, tu es tombé(e); en se baignant, il est tombé; en se baignant, elle est tombée; en se baignant, ils sont tombés ". On doit remarquer aussi que le gérondif est incompatible avec un verbe impersonnel: Il pleut, il fait froid, il faut, etc.

·         Un autre trait fondamental du gérondif, en tant qu'action verbale, se trouve en ce qu'il représente une action simultanée avec celle du verbe principal de la phrase faite par le même sujet de la dite phrase, tandis que le participe présent est une action verbale qui n'est pas faite par le sujet de la phrase principale (proposition principale), étant une action subordonnée dans une phrase complexe.

·         En anglais, le subjonctif a une structure  introduite par les mots "while" ou "by", pour exprimer l'idée de simultanéité (while) ou de causalité (by): « I danced while watching TV » (j'ai dansé en regardant la TV

« By using a dictionary we can write the letter ». (En consultant un dictionnaire, nous pouvons écrire la lettre).

« While speaking too much on the phone, you waste your time ». (En parlant trop par téléphone, vous perdez votre temps).
« By eating too many fruits, you've got sick! » (En mangeant trop de fruits, vous êtes tombé malade!)


Comment tu vis? Je vis en travaillant.
Comment Pierre peut faire un bon examen? Il peut faire un bon examen en étudiant davantage.
Comment on peut avoir une bonne santé? On peut avoir une bonne santé en mangeant des fruits et des légumes et en ayant une alimentation balancée.


« Depuis Jérusalem,
Partout Son âme on voit
Montrant à tous qu'Il aime
Sentir les gens en joie. »

Par contre, le participe présent, tel qu'on voit dans la strophe précédente,
est une action qui n'est pas faite par le sujet de la phrase, « on ». C'est l'âme divine qui montre à tous partout qu'il aime sentir les gens en joie. Qu'est-ce qu'on voit? C'est « Son âme qu'on voit montrant qu'Il aime sentir les gens en joie ».

·         Voyons d'autres exemples: Je vois Pierre entrant dans la classe? Qui entre dans la classe, Pierre ou moi? C'est Pierre qui entre dans la classe. Je vois Pierre qui entre dans la classe. Si c'est moi qui entre dans la classe, j'aurai dit: Je vois Pierre en entrant dans la classe.
Il faut tenir en compte que le participe présent peut être substitué par une proposition relative et parfois par un verbe en infinitif.
Ex: Je vois Pierre entrant dans la classe.
Je vois Pierre qui entre dans la classe.
Je vois Pierre entrer dans la classe.

Voilà un autre exemple avec le participe présent:
J'entends les oiseaux chantant.
J'entends les oiseaux qui chantent
J'entends les oiseaux chanter.



Le participe présent et passé, et l'adjective verbal.


Participe présent (invar)                   adjectif  (var)                    transcription  

                                   
Adhérant                                           adhérent, e                        [ader]*, [ader:t]                 
affluant                                             affluent, e                          [aflɥ], [aflɥ:t]
coïncidant                                         coïncident, e                     [kɔsid], [kɔ sid:t]
communiquant                                  communicant, e               [kɔmynik], [kɔmynik:t]
compétant                                         compétent, e                     [kpetἃ, ἃ:t], etc.    
confluant                                           confluent, e                      [k
flɥἃ, ἃ:t]    
convainquant                                     convaincant, e                  [kvkἃ, ἃ:t]    
convergeant                                       convergent, e                    [kvɛrʒἃ, ἃ:t]                                    
déférant                                             déférent, e                          [deferἃ, ἃ:t]                 
déléguant                                           délégant, e                         [delegἃ, ἃ:t]                
détergeant                                          détergent, e                        [detɛrʒἃ, ἃ:t]                 
différant                                             différent, e                         [diferἃ, ἃ:t]                 
divergeant                                          divergent, e                        [devɛrʒἃ, ἃ:t]                
émergeant                                           émergent, e                        [emɛrʒἃ, ἃ:t]                 
équivalant                                           équivalent, e                      [ekivalἃ, ἃ:t]                 
excellant                                             excellent, e                         [ɛkselἃ, ἃ:t]                 
expédiant                                            expédient, e                        [ɛskpedjἃ, ἃ:t]                 
extravaguant                                       extravagant, e                     [ɛkstravagἃ, ἃ:t]                 
fatiguant                                             fatigant, e                            [fatigἃ, ἃ:t]                 
influant                                               influent, e                            [flɥἃ, ἃ:t]    
intriguant                                            intrigant, e                           [trigἃ, ἃ:t]    
naviguant                                            navigant, e                          [navigἃ, ἃ:t]                 
négligeant                                           négligent, e                         [negliʒἃ, ἃ:t]                 
précédant                                            précédent, e                         [presedἃ, ἃ:t]                 
provoquant                                          provocant, e                        [prɔvɔkἃ, ἃ:t]
somnolant                                           somnolent, e                        [sɔmnɔlἃ, ἃ:t]
suffoquant                                           suffocant, e                          [syfɔkἃ, ἃ:t]
vaquant                                               vacant, e                               [vakἃ, ἃ:t]
violant                                                 violent, e                              [vjɔlἃ, ἃ:t]
zigzaguant                                          zigzagant, e                           [zigzagἃ, ἃ:t]


 
*Notez que la transcription phonétique du participe présent est le même que celle de l'adjectif
   masculin.
   Voir appendice pour apprendre davantage sur le participe présent et l'adjectif verbal.

   Voici des exemples avec le participe présent et l'adjectif verbal.

·         « J'ai vu Pierre suffoquant trop son petit fils pendant le trajet sous un temps très chaut. C'était un trajet vraiment suffocant pour l'enfant ».
« I saw Peter suffocating too much his little son during the journey under a very hot weather.
It was a quite suffocating journey for the child ».
«Vi a Pedro sofocando demasiado a su pequeño hijo durante el recorrido. Fue un recorrido verdaderamente sofocante para el niño ».

« Voir une femme naviguant seule dans l'océan, nous ne nous étonne pas. En ces
jours, il y a des femmes navigantes partout ».
« Seeing a women navigating alone in the ocean, does not astonish us.
Currently, there are navigating women everywhere ».
« Ver a una mujer navegando sola en el océano, no nos asombra. En la actualidad, hay  mujeres navegantes por todas partes ».  

« On n'aime pas les personnes influant négativement chez les enfants. Tu es un individu trop influente ».
« We don't like people influencing negatively on children. You are an individual too      
influential »
« Uno no ama a las personas influyendo nagativamente en los niños. Tú eres un individuo  demasiado influyente »
         


Le rêve


I

Prince ailé tu t'endors*
En rêvant d'un pays
Où les gens vivent encore
Sans peine ni souci.


II

Rêve donc immense ailé
Qu'allègre on vit sans peur
Où posse immaculée
Tout parfumant, la fleur.


III

Mais dors encore et rêve
Très bel ailé charmant
Auprès de ta fine Eve
  Qui embellit nos champs!

                                                     
IV

Vole et rêve heureux
Dans ton bel empire
Rêve et vole heureux
En suivant la Lyre.


V

Jardin bel enchanté,
Le plus en fleur du monde:
La pluie tombe empressée
Gardant* la terre féconde.

                                       
VI

On voit qu'elle se réveille,
Oh, pluie que l'on vénère,
Souriant le roi Soleil,
Que coure encor l'hiver.


VII

Qu'importe la saison,
Heureuse est vue ma sœur
Gérer la floraison
Tout en aimant ma fleur.

S'endormir: Ind. Je m'endors, tu t'endors, il s'endort, nous nous endormons, vous vous endormez, ils s'endorment.
Subj. Il faut que je m'endorme. Impér. Endors-toi.
* Dans ce vers, c'est un gérondif qu'on doit écrire. On n'a pas écrit la préposition « en » par une question stelistique.

       I.            Répondez aux questions suivantes après audition:

(Strophe I)
1.      Qu'est-ce qu'on dit du prince ailé?
2.      Comment il s'endort?
3.      De quel pays, il rêve?

(Strophe II)
1.      Qu'est-ce qu'on dit au Papillon?
2.      Pourquoi il faut vivre allègre?
3.      Où vit-on sans peur?
4.      Comment pousse immaculée la fleur


(Strophe III)
1.      Qu'est-ce qu'on dit au très bel ailé?
2.      Comment est le très bel ailé?
3.      Où il faut qu'il rêve et dorme encore?
4.      De quelle fine Eve on parle?

(Strophe IV)
1.      Qu'est-ce qu'on dit aussi au Papillon ?
2.      Où est-ce qu'on lui dit qu'il rêve?
3.      Comment on lui dit qu'il rêve et vole?

(Strophe V)
1.      Qu'est-ce qu'on dit du jardin bel enchanté?
2.      Pourquoi ce jardin est le plus en fleur du monde?

(Strophe VI)
1.      Qu'est-ce qu'on voit qui se réveille?
2.      Quelle pluie on voit qui se réveille?
3.      Dans quel moment la pluie qu'on vénère se réveille?
  • Elle se réveille au moment où (alors que) le soleil sourit bien que l'hiver coure encore.
(Strophe VII)
1.      Quel insecte gère aussi la floraison?
2.      Quand est-ce qu'on voit l'abeille heureuse?
3.      Qu'est-ce qu'on voit l'abeille faire?
4.      Est-ce que l'abeille gère la floraison?


a.       Pourriez-vous employer le participe présent dans les strophes  III et VII? 
b.      Comment le feriez-vous?
c.       Le mot « charmant », apparu dans la strophe 23, est-il un gérondif, un participe présent ou un adjectif verbal?

Exercices:

       I.            Combinez les phrases suivantes en employant le gérondif ou le participe présent dans les verbes soulignés: (Note N'oubliez pas que l'action faite à travers le subjonctive est faite par le même sujet de la phrase)


1.      Paul regarde Marie dans le métro. Elle lit le journal.
2.      Parfois je mange et en même temps j'écoute la musique classique.
3.      Quand nous étions gamins, nous aimions voir les oiseaux s'envoler.
4.      Vous finirez votre travail à temps si vous travaillez fort.
5.      Paul regarde Marie dans le métro. Il lit le journal.
6.      Nicole a vu le fruit. Il tombait sur le sol.
7.      Nous partirons en vacances quand nous finirons notre travail.
8.      Nicole a vu le fruit. Elle est tombée sur le sol.
9.      Combinez les phrases suivantes et employez le gérondif ou le participe présent.
10.    Tu peux améliorer ta santé si tu fais du sport.
11.    Je ne crois pas que tu puisses travailler à Boston, tu travailles déjà à New York.
12.    Je ne crois pas pouvoir aider Paul s'il habite très loin.
13.    Je ne crois pas pouvoir aider Paul si j'habite très loin.
14.    Les enfants restent dans la maison. Il pleut beaucoup.
15.    Les enfants restent dans la maison. Ils attendent que la pluie cesse.
16.    On entend les oiseaux chanter.

    II.            Suivant la situation, soulignez la phrase logique:
1.      Marie écoute les enfants en mangeant.
a.       C'est Marie qui mange.
b.      Ce sont les enfants qui mangent.

2.      Faisant un long le travail, je vous aide.
a.       C'est moi qui fais le travail.
b.      C'est vous qui faites le travail.

3.      En nageant deux heures par jour, je ne crois pas pouvoir vaincre Jacques dans la compétition de nage.
a.       C'est moi qui nage.
b.      C'est Jacques qui nage.


 III.            Soulignez les gérondifs et les participes présents dans le récit suivant:


Soudain, tout est si neuf, si vert
Si jaune, si rouge et si violet,
Réveillant le Lys et la Rose,
La Marguerite et le Muguet,
Qu'une fraîche bruine arrose
Par de minces gouttes perles
Qui tambourinent sur chaque pétale
En harmonisant avec les merles,
Les serins et la brise, que sétale,
Comme une nappe toute invisible,
Sur la vallée en fleur,
Une harmonie toute paisible,
Lyrique et pleine de douceur,
Tandis qu'immense, radiant
Très haut dans l'azur limpide,
Le Soleil gentil tendrement
Réchauffe la terre humide.


 IV.            Répondez aux questions suivantes selon le récit par des phrases complètes:

1.      Qu'est-ce qu'on dit du Lys, de la Rose, de la Marguerite et du Muguet?

2.      Comment elles sont arrosées?

3.      Qu'est-ce qu'on dit des minces gouttes perles?

4.      Comment ces gouttes tambourinent sur chaque pétale?

5.      Qu'est-ce que fait que tout soit si neuf, si vert, si jaune, si rouge et si violet?

    V.            Selon vous, quelle est la fonction que jouent les mots « plongeant » et « semant » dans la strophe suivante:


« La guerre »

Tout bel et bien vorace
Est un oiseau de proie
Plongeant tous en disgrâce
Tout en semant des croix.


 VI.            Faites des phrases (3) en utilisant le gérondif et le participe présent.

No comments:

Post a Comment

Followers